Archives de l’auteur : kiosque

Kiosque à musique à Saulxures-sur-Moselotte (France)

Saulxures-sur-Moselotte kiosque 02

Cliquer sur l’image pour voir les détails

Dans les Vosges, voici un kiosque octogonal classique situé avenue Victor Hugo.

Saulxures-sur-Moselotte kiosque 03

Cliquer sur l’image pour voir les détails

Aucun renseignement disponible pour ce kiosque, à part une carte postale le représentant datée de 1934.

Saulxures-sur-Moselotte kiosque 04

Cliquer sur l’image pour voir les détails

Merci à Sophie et Daniel pour les photos.

Kiosque à musique à Setúbal (Portugal) (2)

Dans la ville portuaire de Setúbal, voici un kiosque à musique plus ancien.
Il est situé Avenida Luísa Todi (anciennement Passeio da Praia).

Setubal (Av. Luisa Todi) kiosque 01

Cliquer sur l’image pour voir les détails

Dans le journal « O Districto » du 24 juillet 1887, on annonçait: « Le kiosque à musique a été inauguré en célébration d’une date glorieuse, celle de l’entrée dans cette ville des troupes libératrices, commandées par le vaillant Duc de Terceira. La troupe de chasseurs y jouera les jeudis et dans le jardin de Bonfim le dimanche. »

 

Setubal (Av. Luisa Todi) kiosque 02

Cliquer sur l’image pour voir les détails


 

Setubal (Av. Luisa Todi) kiosque 03

Cliquer sur l’image pour voir les détails

Merci à Alain et Stéphane pour les photos.

Kiosque à musique à Schaerbeek (Bruxelles) (Belgique)

Dès la fin du XIXe siècle, on trouvait place Liedts à Schaerbeek de nombreux commerces, cafés et salles de réunions d’associations politiques et artistiques. Des petits concerts étaient organisés sur un kiosque démontable, les dimanches et jours de fête.

En 1912, les autorités communales décidèrent de faire construire, au centre de la place,
un kiosque permanent.

Schaerbeek (place) kiosque 01

Cliquer sur l’image pour voir les détails

Les plans furent réalisés par l’architecte communal Adolphe Paillet. La structure métallique était de style Art nouveau et la coupole qui la surmontait faisait écho à celle de l’église Sainte-Marie, toute proche.

Schaerbeek plan_coupe_du_kiosque 1

© Schaerbeek

Le kiosque fut conçu pour accueillir des orchestres sur sa plateforme. Dans le soubassement, on aménagea aussi une salle d’attente pour les usagers des tramways, un local pour les conducteurs, un poste de police-secours, un espace de vente de journaux, des urinoirs pour hommes et des toilettes pour dames.

Schaerbeek plan_du_soubassement 1

© Schaerbeek

En 1925, le parc Josaphat se dota également d’un kiosque à musique. Les divertissements dominicaux se concentrèrent dès lors à cet endroit de Schaerbeek, et bientôt le kiosque de la place Liedts fut déserté par les orphéons. Seules les installations du soubassement gardèrent encore quelques temps leur utilité.

Schaerbeek (place) kiosque02

Cliquer sur l’image pour voir les détails

Après le déclenchement de la guerre, il fut décidé, en 1941, d’aménager un abri anti-aérien dans le sous-sol du kiosque. Le kiosque fut complètement détruit, probablement à la fin des années 1940 voire au début des années 1950.

https://www.schaerbeek.be/fr/archive-le-kiosque-disparu-de-la-place-liedts

Merci à Sylvain, habitant de Schaerbeek.

Kiosque à musique à Basel (Suisse)

A Basel (ou Bâle en français), voici un kiosque à musique circulaire avec 8 colonnes.

Basel kiosque 01

Cliquer sur l’image pour voir les détails

Il est installé sur Elisabethenanlage, ancien emplacement du cimetière autour de l’église Ste-Elisabeth.

Basel kiosque 02

Cliquer sur l’image pour voir les détails

Le kiosque à musique daterait de 1905.

Basel kiosque 03

Cliquer sur l’image pour voir les détails

Merci à Benoît pour les photos.

Kiosque à musique à Dimechaux (France)

Voici encore un kiosque à musique dit « kiosque à danser » dans le village de
Dimechaux, en Avesnois.

Dimechaux kiosque 03

Cliquer sur l’image pour voir les détails

Les kiosques à musique en Avesnois (région du département du Nord autour
d’Avesnes-sur-Helpe) sont essentiellement des kiosques à danser.

On installait 2-3 musiciens sur la petite plate-forme montée sur un mât central
ou sur 4 pieds surélevés, puis on retirait l’échelle…et les musiciens n’avaient
plus qu’à jouer!

Dimechaux kiosque 04

Cliquer sur l’image pour voir les détails

Ici le kiosque est rectangulaire monté sur 6 pieds : une belle lyre en fonte le décore.

Dimechaux kiosque 05

Cliquer sur l’image pour voir les détails

Il aurait été construit pour la ducasse de 1882 par la société Paradis d’Hautmont.

« Installé à Vieux-Mesnil depuis 1845, M. Paradis, maréchal ferrant et fabricant de matériel aratoire s’installe en 1866 à Hautmont, sur la Grand-Place. Une usine nouvelle est érigée en 1878. Elle se compose d’une fonderie, d’une usine de machines agricoles et d’articles ménagers ainsi que de vastes magasins. Créant en 1872 les premières faucheuses et moissonneuses et en 1880 une moissonneuse-lieuse, l’entreprise Paradis s’est illustrée par l’innovation et la qualité de ses produits mais disparaît entre les deux guerres. Les bâtiments sont détruits à une date inconnue.
L’usine Paradis occupe en 1878 une superficie de 60 ha et compte une centaine d’ouvriers. »

http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/merimee

Dimechaux kiosque 06

Cliquer sur l’image pour voir les détails

Le kiosque a été rénové : le voici en février 1993.

 

Dimechaux kiosque 01

Cliquer sur l’image pour voir les détails

Le Kiosque du Thabor – Rennes

Une nouvelle entrée dans la page Bibliographie

Rennes – Le Kiosque du Thabor.

Thabor Rennes couverture

Sa silhouette légère et raffinée est bien connue des promeneurs qui arpentent les allées
du parc du Thabor à Rennes…
Discret, le kiosque à musique a néanmoins traversé les décennies et aujourd’hui encore,
on s’y retrouve avec plaisir pour des concerts. Mais pour que cette histoire continue, une importante restauration s’imposait : ce livre vous invite sur le chantier !

Du parquet au splendide épi de faîtage qui le couronne, ce sont huit corps de
métier (maçon, fondeur, serrurier, menuisier, couvreur, peintre, émailleur, doreur)
qui ont œuvré.
Ces hommes et ces femmes animés par la passion, sont soucieux de transmettre
leur savoir-faire et de participer ainsi à la pérennité d’un patrimoine commun.

Voir la page de bibliographie